La proposition circonstancielle

 

La proposition circonstancielle "complète" l'action exprimée dans la proposition principale du point de de vue des circonstances (le lieu, le temps, la cause, la manière, etc.)

 

D'après leur sens, on classe les circonstancielles en sept catégories :

 

La proposition temporelle

La temporelle joue, dans la phrase, le même rôle qu'un complément circonstanciel de temps, dans la proposition. Elle répond à la question "quand?".

Il dormait pendant que je travaillais

Mais au lieu d'exprimer une date ou une durée, la temporelle précise que l'action exprimée par le verbe dont elle dépend à lieu avant, pendant ou après l'action exprimée par son propre verbe.

Notez bien: Si le fait exprimé par le verbe principal est antérieur à celui exprimé par le verbe de la subordonnée : "avant que, jusqu'à ce que, d'ici que, d'ici à ce que"', le verbe de la subordonnée est au subjonctif.

Je le verrai avant qu'il parte.
Tu l'entendras jusqu'à ce que tu sois revenu à de meilleurs sentiments.

Si les deux faits sont simultanés : "comme, pendant que, tandis que, en même temps que, quand, lorsque, alors que, au moment où, à l'heure où, à présent que, maintenant que", etc, le verbe de la subordonnée est à l'indicatif.


Je lisais au moment où il arriva.

De même, si le verbe principal exprime un fait postérieur à celui exprimé par le verbe de la subordonnée : "après que, dès que, depuis que, une fois que, sitôt que, quand, lorsque", etc, le verbe de la subordonnée est à indicatif.

Je fermerais la porte une fois que vous serez sorti.
Nous partirons quand nous aurons fini.

 

La proposition consécutive


La consécutive exprime la conséquence. Elle indique le résultat de l'action exprimée par le verbe dont elle dépend.
Les mots qui l'introduisent sont variés et ne sont pas spécifiques à la consécutive

.
"De façon que, de sorte que, de manière que, en sorte que" qui, originellement, impliquent la manière, peuvent exprimer la conséquence (la manière étant alors, la plupart du temps, exprimée par un adverbe)

.
Il a combattu vaillamment de sorte qu'il a triomphé.

 

La proposition causale


La causale répond à la question "pourquoi?", "à cause de quoi?".
Elle indique pourquoi, pour quelle raison, se fait l'action exprimée par le verbe de la proposition dont elle dépend.


Il mange parce qu'il a faim.


La causale est introduite par : "parce que, puisque, comme" on y ajoute parfois "vu que, étant donné que, attendu que, sous prétexte que.

La proposition concessive

La concessive indique qu'il n'y a pas eu la relation logique attendue, entre le fait qu'exprime son verbe et le fait exprimé par le verbe principal.


Il sort sans parapluie bien qu'il pleuve.


Il est venu à lécole, bien qu'il soit malade


Elle est introduite par : "quoique, bien que, encore que, malgré que, tandis que, alors que, au lieu que, loin que, quand bien même".

 

La proposition circonstancielle de but


La circonstancielle de but répond aux questions "pour quoi?", "en vue de quoi?".


Elle indique dans quelle intention, dans quel dessein, se fait l'action exprimée par le verbe dont elle dépend.
Elle est introduite par les locutions : "afin que, pour que, à seule fin que, de peur que, de crainte que, dans la crainte que". Le verbe est toujours au subjonctif.


Il crie de plus en plus fort, afin que tout le monde l'entende.


Il insiste, de crainte que tu ne viennes pas.

La proposition conditionnelle


La conditionnelle indique à quelle condition se fait l'action exprimée par le verbe de la proposition dont elle dépend.La conjonction de condition par excellence est "si". Le mode du verbe de la conditionnelle par "si" est l'indicatif.


Je lui parlerais si c'était nécessaire (en cas de nécessité).


Il mange, s'il a faim

La conditionnelle peut être introduite par d'autres conjonctions ou locutions.
Son verbe se met au subjonctif après : "à condition que, à supposer que, à moins que, pour peu que, pourvu que, en admettant que, supposé que, soit que...soit que, soit que...ou que"
Son verbe se met à l'indicatif après : "selon que...ou que, suivant que...ou que, dans la mesure où".
Son verbe se met au conditionnel après : "quand, quand bien même, alors même que".

La proposition comparative

La comparative joue, dans la phrase, le même rôle qu'un complément circonstanciel de comparaison, dans la proposition. Elle répond aux questions "comment?, comme qui?, comme quoi?".

Tu as parlé comme je l'aurais fait à ta place.

Elle exprime plusieurs nuances par rapport au verbe principal.

1. Un rapport de proportion : elle est introduite par "que", annoncé par : "suivant, selon, au fur et à mesure, à mesure, d'autant plus, d'autant moins".

Vous avancerez d'autant plus vite que vous serez moins chargé.

2. Un rapport d'égalité : elle est introduite par "que", annoncé par : "tel, de même, si, tant, aussi, autant".

Il est aussi grand que tu l'étais à son âge.

3. Un rapport de ressemblance : elle est introduite par "ainsi que, de même que, comme".

Tu me regardes comme me regardait ta mère.

Exercices partiques sur les propositions circonstancielles